hello@theelliesoutterfoundation

membre du comité

tony soutter - president

Après avoir jonglé avec l'éducation de ma fille et la gestion d'une entreprise florissante d'aménagement de cloisons et de magasins à Londres, j'ai décidé en 2010 de m'installer dans les Alpes françaises avec Ellie, à la recherche d'une meilleure qualité de vie.

Au départ, Ellie a trouvé cela très difficile en raison de la barrière de la langue et du fait qu'elle voyait beaucoup moins sa mère, Lorraine. Ellie était déjà une skieuse accomplie et, après plusieurs mois, elle a surmonté la barrière de la langue et s'est mise à profiter pleinement de la vie dans les Alpes.

À l'âge de 12 ans, Ellie a commencé à faire du snowboard à l'école et a été repérée par l'équipe britannique de snowboard qui l'a invitée à des essais. Il est vite devenu évident qu'Ellie avait un talent naturel pour le snowboard et, un mois après avoir intégré l'équipe junior britannique d'élite, elle est devenue championne de Grande-Bretagne.

En tant que père, je ne connaissais rien au snowboard et je l'ai laissée progresser comme elle le souhaitait, sans aucune pression parentale, mais avec beaucoup de soutien car j'étais très fier de ce qu'elle accomplissait.

Au fur et à mesure qu'Ellie progressait dans les classements, le coût lié à la poursuite de son entraînement compétitif augmentait également. Ellie était tout à fait consciente que la sollicitation des ressources financières de papa atteignait les limites du confort, mais je lui ai toujours dit que je ne le ferais pas si ce n'était pas ce que je désirais vraiment. J'ai passé des centaines d'heures à essayer de trouver des fonds pour elle. Tout ce temps, en voyant ma fille prendre autant de plaisir dans un sport et y réussir, j'étais tellement fier que je n'allais pas changer.

La pression qu'Ellie s'est imposée pour réussir était immense. Parcequ'elle était pleinement consciente des sacrifices que je faisais en tant que père et de l'incroyable gentillesse des sponsors privés, de la famille et des amis. Arrivés à l'adolescence, tous les amis d'Ellie faisaient la fête, comme c'est le cas à 16 ou 17 ans, mais Ellie a eu beaucoup de mal à gérer cette situation. Les athlètes de haut niveau s'entraînent souvent pendant des semaines au cours d'une saison de compétition hivernale et pendant trois mois dans l'hémisphère sud en été, sans pouvoir fréquenter leurs amis proches. Donc, quand on est en leur compagnie, on veut les fréquenter autant que possible, mais en réalité, on ne peut pas être se le permettre. Ellie, en jeune femme libre et aimant s'amuser, a trouvé cela presque injuste.

Ce qui me préoccupait beaucoup, c'était le fait qu'elle avait subi quatre commotions cérébrales au cours des quatre dernières années, toujours plus importantes. À chaque fois, j'ai demandé l'avis de médecins et même de neurologues pour savoir s'il pouvait y avoir des effets à long terme qui devraient nous amener à mettre un terme à sa carrière de snowboardeuse, mais on m'a dit que tant qu'elle prenait le temps de se remettre complètement, Ellie était à un âge qui ne devrait pas souffrir d'effets à long terme.

Malheureusement, il semble aujourd'hui que ce n'était pas le cas et, en novembre 2017, Ellie a sombré dans une grave dépression que l'on pense avoir été provoquée par les commotions cérébrales. À l'époque, nous décidions ensemble si Ellie devait se concentrer sur sa scolarité et devenir une adolescente normale ou poursuivre sa carrière d'athlète de haut niveau malgré la pression. Ce faisant, elle renonçait à une vie d'adolescente normale, à une éducation complète et s'exposait à la jalousie négative des médias sociaux liée à sa position d'athlète de haut niveau. De plus, le risque d'une nouvelle blessure pouvait tout faire s'arrêter en un clin d'œil.

Ellie a décidé de poursuivre ce qu'elle aimait le plus, le snowboard, mais sans financement, elle n'a pas pu s'entraîner et participer aux compétitions autant qu'elle aurait pu.

Elle a seulement participé au Junior Freeride World Tour et aux championnats du monde, pour lesquels, en tant que père dévoué, j'ai parcouru toute l'Europe avec elle pour lui permettre de conserver un profil d'athlète professionnelle.

En mars 2018, Ellie, lors d'une compétition de ce type aux Arcs, a subi une autre commotion cérébrale légère mais douloureuse et a dû arrêter le snow pendant 30 jours supplémentaires. Pendant qu'Ellie suivait sa rééducation à domicile, elle a décroché un énorme sponsor commercial, le groupe Carne, qui lui permettrait de s'entraîner et de participer à des compétitions pendant les quatre années suivantes, jusqu'aux Jeux olympiques d'hiver de 2022. Deux semaines plus tard, Ellie a été sélectionnée par POC, le leader des casques et protections du corps de ski et de snowboard.

Fin avril, Ellie a participé aux Natural Games France pour sa première course de boardercross de la saison. Malheureusement, lors d'une course d'entraînement, elle a subi une grave commotion cérébrale et a été transportée à l'hôpital où elle a passé trois jours. En arrivant à la maison, Ellie a reçu un colis de POC avec le dernier casque le plus avancé.

This was now a make or break decision as to whether or not Ellie could ever race again and after 90 days of rehabilitation was tested by a leading Neurologist in Grenoble and given the all clear.

Cela dit, Ellie ne se leurrait pas. Elle ne voulait plus jamais se sentir comme ça. Ellie a ensuite été sélectionnée pour faire partie de l'équipe de Grande-Bretagne aux championnats du monde de snowboard en Nouvelle-Zélande en août et a commencé à s'entraîner sur glacier avec l'équipe.

Après avoir accidentellement manqué un vol pour un camp d'entraînement, Ellie a mis fin à ses jours le 25 juillet 2018, le jour de son 18e anniversaire.

Deux semaines après sa mort, l'université de Boston m'a écrit pour me demander s'ils pouvaient effectuer une biopsie d'une partie du cerveau d'Ellie, car un article avait été publié aux États-Unis indiquant qu'Ellie était probablement le quatrième freeskieur à mettre fin à ses jours cette année-là. Comme les joueurs de la NFL, il est fort probable qu'elle ait souffert d'encéphalopathie traumatique chronique (ETC).

Malheureusement, les funérailles d'Ellie avaient déjà eu lieu. L'encéphalopathie traumatique chronique (ETC) est une maladie dégénérative du cerveau que l'on retrouve chez les athlètes et les personnes ayant subi des traumatismes cérébraux répétés.

Lorsque j'ai lu les articles rédigés par un éminent neurologue de l'université de Boston, j'ai été frappé par le fait qu'Ellie souffrait de tous les symptômes, voire davantage.

Tu me manques tellement chaque jour, Ellie, et je prie pour que tu te trouves dans un monde meilleur.

Tout mon amour, Papa xx

La Fondation Ellie Soutter fera tout ce qui est en son pouvoir pour sensibiliser les athlètes, mais également tous les enfants et adultes, à la santé mentale et aux commotions cérébrales.

Nous avons besoin de votre aide

Que ce soit sous la forme d'un don ou d'un partenariat d'entreprise. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don à la Fondation Ellie Soutter.

fr_FR